Frédéric Denis était logiquement placé parmi les prétendants à la victoire finale de cette Mini Transat îles de Guadeloupe. Au vu de ses résultats sur l’année 2015, du sérieux de sa préparation et du vécu du bonhomme, il était difficile de ne pas le compter parmi les grands favoris de cette édition.

Pour autant il ne s’était jamais départi de sa grande humilité, au départ de la première comme de la deuxième étape, sachant trop bien tous les aléas que comporte une traversée de l’Atlantique sur ces bateaux survitaminés. Néanmoins son expérience de boat-captain du trimaran Sodébo de Thomas Coville, sa culture de la régate et de la gagne et une indubitable expérience lui donnaient quelques arguments pour prétendre aux places d’honneur.

Frédéric Denis avait aussi aussi une arme secrète pour cette deuxième étape : en collaboration avec nke Marine Electronics, il a travaillé sur la fiabilité et la réactivité de ses pilotes automatiques sachant que pouvoir compter sur cet auxiliaire pouvait être un atout déterminant [nouvelle fonctionnalité : le "mode surf" du pilote nke].

Vivant à La Trinité sur Mer avec sa compagne, il ne manquait à ce marin de 31 ans que la consécration dans une course majeure. En dominant cette deuxième étape de manière magistrale, il rejoint le sillage de marins d’exception qui l’ont précédé dans cette course comme Laurent Bourgnon, Isabelle Autissier ou bien encore Lionel Lemonchois. Nautipark est un plan Lombard – Schipman avec lequel Gwénolé Gahinet s’était engagé sur la Mini Transat 2013 et avait dû abandonner au large du Portugal alors qu’il menaçait de perdre sa quille. Il a fallu cinq mois de chantier à Frédéric Denis pour le remettre en état.

source : minitransat-ilesdeguadeloupe.fr

crédits photo : Jacques Vapillon / Mini Transat Iles de Guadeloupe 2015

Catalogue

Catalogue


Share This

Share this post with your friends!