[…]

A l’arrivée à Madère, Pierrick avait laissé derrière lui tous les autres Sun Fast 3200 de la course – ceux menés en solitaire comme ceux menés en double, soit une vingtaine de bateaux… Cette fois il y en a tout de même un qui s’est glissé devant lui (Kefeleg Mor, Dominique Appéré et Christophe Prigent). Mais bon. Ça n’empêche pas de se demander : comment fait-il ? Voici un ou deux éléments de réponse.

[…]

« Les alarmes Adrena, avec un bon pilote, ça fait presque un équipier »

Le skipper de Zéphyrin a donc étudié le dossier à fond et le résultat est là. Conclusion : à la limite, la combinaison d’un bon pilote (NKE en l’occurrence) et des alarmes Adrena, « ça fait presque un équipier ».

Le pilote aussi doit être paramétré avec soin, ce qui représente un vrai travail, à faire en amont avant le départ de la course. Et là encore, Pierrick a étudié le dossier à fond.

Pierrick utilise les différents modes du pilote selon la méthode la plus orthodoxe : mode vent réel pour descendre au portant, mode vent apparent pour grimper au louvoyage, et mode compas pour le reaching. (…)"

Lire l’article en entier

A bord du Sun Fast 3200 Zéphyrin sous pilote et code 5 dans la brise 

###A bord du Sun Fast 3200 Zéphyrin sous pilote et code 5 dans la brise###

Source : Voilemagazine.com

Crédits Pohoto : François Van Malleghem / Transquadra

Catalogue

Catalogue


Share This

Share this post with your friends!